Tout schuss !

29 Juin 2023 | Edition 2023

Après avoir évolué au ralenti toute la journée d’hier, la faute à la dorsale anticyclonique qui leur barrait la route au milieu du golfe de Gascogne, les seize duos de la 9e édition de la Les Sables – Horta – Les Sables ont, comme prévu, passé un front en milieu de nuit. Un front à l’arrière duquel ils ont récupéré un flux de nord soutenu qui les propulsent désormais à grande vitesse au portant, tout droit vers l’archipel des Açores. C’est en effet à près de 20 nœuds de moyenne que le gros du peloton progresse ce jeudi, au large de la pointe nord-ouest de la péninsule ibérique. Soigner la conduite et ajuster au mieux sa trajectoire : tel est donc le menu du jour pour les marins et à ce petit jeu certains se montrent manifestement plus à l’aise que d’autres. C’est notamment le cas de Fabien Delahaye et Corentin Douguet (Legallais) qui ont pris l’avantage au pointage en milieu de matinée, lors du contournement du Dispositif de Séparation de Trafic du cap Finisterre.

Départ de Les Sables-Horta-Les Sables 2023 – Les Sables d Olonne le 27/06/2023

« Aujourd’hui, au programme, c’est surfs endiablés, portant et cargos ! », résume Pierre-Louis Attwell (Vogue avec un Crohn) qui ne boude pas son plaisir de glisser à plein badin au portant et en route directe sur les Açores avoir bataillé dans les petits airs instables hier, au cœur de la dorsale. « Tout de suite après avoir passé le front, on a envoyé le spi pour glisser vers le DST du cap Finisterre. Le vent est bien rentré et l’allure est assez lofée. Le bateau fume dans les surfs et on a même établi le record du bateau à 25 nœuds ce matin. Ce n’est pas facile de dormir et de manger dans ces conditions. On est contents de s’être reposés quand on a pu car il va y avoir du sport, au moins jusqu’à demain ! », détaille le Normand dont le Mach40.5 mis à l’eau le 26 avril dernier peut exprimer tout son potentiel et file actuellement à plus de 18 nœuds de moyenne dans un flux de secteur nord soufflant entre 20 et 25 nœuds avec des claques à 28. « Ça bombarde mais ce n’est pas complètement simple », tempère de son côté Aurélien Ducroz (Crosscall), double champion du monde de ski freeride, pourtant habitué à avaler tout schuss les pentes les plus raides. De fait, à bord des Class40, la cadence est élevée et les sorties de piste jamais bien loin depuis le milieu de la nuit dernière. « Dès qu’on a passé le front, on a envoyé le petit spi et on a bien accéléré. A présent, ça fume. Le bateau file tout seul, sous pilote ! », commente Fabien Delahaye, le skipper de Legallais qui s’est installé aux commandes de la flotte en milieu de matinée après avoir réussi à déborder le DST du cap Finisterre sur un bord quand ses adversaires directs, Achille Nebout et Gildas Mahé (Amarris) puis Alberto Bona et Pablo Santurde del Arco (IBSA) notamment, ont été contraints de manœuvrer pour ne pas mordre la fameuse zone interdite. « On s’est bien gavés. On est contents d’être là où on est. On surveille cependant la stratégie des prochaines heures. L’important est de rester dans le bon paquet », annonce le Normand.

Engranger les milles

Il le sait, chaque mille grappillé maintenant aura son importance pour la suite d’autant que la météo pour la fin du parcours de cette première étape a tendance à se dégrader un peu. Si l’on en croit les derniers fichiers, le vent devrait peiner à dépasser les dix nœuds entre les îles portugaises. Ainsi, alors que les routages laissaient à penser que les premiers pourraient se présenter sur la ligne d’arrivée dans la nuit de samedi à dimanche, il semble à présent plus réaliste de les attendre dans la soirée du 2 juillet à Horta, même si, d’ici là, les choses ont encore le temps d’évoluer, dans un sens comme dans l’autre. En attendant, l’heure est à la conduite et aux réglages, mais aussi à l’ajustement, au plus fin, des trajectoires d’autant qu’à ce stade de la course, les écarts sont infimes. Les cinq premiers naviguent à vue, le Top 10 se tient en moins de 16 milles et le dernier n’est pas relégué à plus de 130 milles. A tous les étages, le match bat son plein, y compris chez les bateaux à nez pointus. Charlotte Cormouls et Claire-Victoire de Fleurian (Bleuet de France) jouent des coudes avec Olivier Gamot et Jérôme Ragimbeau (Yala) tandis que les Brésiliens Jose Guilherme Caldas et Gustavo Peixoto (Mussulo 40) tentent un coup à l’intérieur du DST qui pourrait s’avérer plutôt payant. Une chose est sûre en tous les cas, pour les uns comme pour les autres, le but, dans l’immédiat, est d’aligner les milles au maximum avant un léger affaiblissement du vent en fin de nuit prochaine.

Les dernières actualités

Messages du bord – 14 juillet 2023     

Messages du bord – 14 juillet 2023     

Olivier Gamot (Yala) : « Jérôme (Ragimbeau) ne savait pas qu'il y avait des machines à laver en pleine mer. On nous aurait menti ? Nous étudions attentivement l'évolution de notre palier de safran qui semble à peu près stable, quoi que très mou (ça...

lire plus
Messages du bord – 13 juillet

Messages du bord – 13 juillet

Charlotte Cormouls (Bleuet de France) : « Hier, nous avons profité de la dernière journée ensoleillée et calme, car nous savions qu'à partir d'aujourd'hui ce serait plus sport. Nous nous sommes lavées et avons fait le plein de sommeil, sous gennak dans...

lire plus
Epilogue cette nuit aux Sables d’Olonne !

Epilogue cette nuit aux Sables d’Olonne !

Après un long bord bâbord amure entamé quasiment dès la sortie de l’archipel des Açores, dimanche dernier, le gros du peloton de la 9e édition de la Les Sables – Horta – Les Sables a désormais opéré un grand virage à droite pour rejoindre la Vendée. Premier à empanner...

lire plus
Messages du bord – 12 juillet

Messages du bord – 12 juillet

Achille Nebout (Amarris) : « Dernier (magnifique) lever de soleil sur cette Les Sables - Horta - Les Sables, après une nuit plutôt agitée. Après le fameux empannage que l'on attendait tant, le vent rentre assez fort donc ce n'est pas simple de...

lire plus
Pas d’inquiétude pour le duo Mussolo 40

Pas d’inquiétude pour le duo Mussolo 40

Depuis ce matin, la trace sur la cartographie des Brésiliens Jose Guilherme Caldas et Gustavo Peixoto posait un peu question. Après un bref échange avec la Direction de Course, les deux hommes, qui déplorent toutefois la perte de leurs deux spis, ont indiqué que tout...

lire plus
Bientôt le virage à droite

Bientôt le virage à droite

Alors qu’il leur reste désormais moins de 500 milles à parcourir pour boucler la seconde étape, les leaders de la Les Sables – Horta – Les Sables poursuivent leur route en direction de la pointe Bretagne en rangs serrés. Reste que si les huit premiers se tiennent en...

lire plus
Messages du bord – 11 juillet

Messages du bord – 11 juillet

Erwan Le Draoulec (Everial ) : « Nous allons avoir des soucis d’énergie jusqu’au bout… Mais on va faire avec ! On profite qu’il y ait quelques rayons de soleil pour recharger un peu nos batteries.Nous avons malheureusement déchiré notre spi médium et nous avons encore...

lire plus