Au ralenti avant de mettre les gaz !

28 Juin 2023 | Edition 2023

Partis hier en tout début d’après-midi de Port Olona, les seize duos de la 9e édition de la Les Sables – Horta – Les Sables ont connu une première nuit en mer plutôt très agréable malgré un flux de nord-est assez instable et de nombreuses algues avant de nettement ralentir la foulée ce matin. Et pour cause, comme annoncé, ils n’ont pas d’autre choix que de traverser la dorsale anticyclonique plantée au beau milieu du golfe de Gascogne. Reste que si c’est à petits pas qu’ils progressent actuellement, tous sont pleinement concentrés sur leurs réglages et à la recherche de la meilleure trajectoire pour être ensuite les premiers à récupérer du vent à l’approche un front. Un front à l’arrière duquel, dans la soirée, ils vont franchement accélérer la cadence. Dès lors, la vitesse aura la part belle et des records ne sont pas à exclure !

Départ de Les Sables-Horta-Les Sables 2023 – Les Sables d Olonne le 27/06/2023

« Cette première nuit s’est déroulée dans de belles conditions. On a même eu un peu plus de pression que prévu mais depuis ce matin, le vent a molli complètement. On savait que le passage de la dorsale, aujourd’hui, serait délicat. On est en plein dedans. On barre beaucoup et on reste concentrés », a commenté Alberto Bona (IBSA) dans la matinée, peu après avoir chipé les commandes de la flotte au duo Achille Nebout et Gildas Mahé (Amarris). « On est contents de notre place mais aussi et surtout de notre positionnement, le but étant de réussir à attraper le nouveau vent d’ouest sud-ouest en premier », a ajouté le navigateur italien qui évolue juste au-dessus de la route directe dans un paquet de neuf bateaux qui se tiennent en moins de dix milles après 24 heures de course. « La flotte est très regroupée et tout reste à faire », a confirmé Achille Nebout, alors au coude à coude avec la paire Fabien Delahaye – Corentin Douguet (Legallais). « On se creuse la tête pour négocier au mieux le passage de cette dorsale anticyclonique et le front qui arrive derrière la nuit prochaine. Dans l’immédiat, le vent est très instable et il y a de la houle. Ce n’est pas simple de faire avancer le bateau. La donne va totalement changer dès la nuit prochaine, avec des conditions plus engagées. On réfléchit d’ailleurs déjà au choix de voiles », a relaté le récent vainqueur de l’ArMen Race.

Plus que 428,82 milles ?

De fait, si, pour l’heure, lui et ses concurrents mangent leur pain noir dans la molle, au milieu du golfe de Gascogne, à partir de 19 ou 20 heures, le rythme va radialement changer avec le passage annoncé d’un front. Un phénomène à l’arrière duquel les marins vont alors composer avec un flux de nord plutôt consistant. Un vent soufflant entre 20 et 25 nœuds avec des rafales à 28 qui devrait se maintenir jusqu’à vendredi matin et leur permettre d’allonger grandement la foulée. « On se prépare à monter dans le tobogan et à attaquer une longue glissade au nord du cap Ortegal », a annoncé Mikaël Mergui (Centrakor), le tenant du titre avec Antoine Carpentier, qui se réjouit de la perspective de naviguer poignée dans le coin pendant au moins 24 heures. « Si la mer n’est pas trop courte, on va certainement remettre le record de distance sur une journée en Class 40 en jeu », a ajouté le sudiste qui s’attend à tenir de très hautes vitesses. Pour mémoire, ce fameux record a été établi lors de cette même course, entre les Açores et la Vendée, par le tandem Ian Lipinski et Ambrogio Beccaria. Les deux hommes de Crédit Mutuel avaient alors aligné 428,82 milles à la vitesse moyenne de 17,90 nœuds. Cette performance sera-t-elle battue ? Réponse avant le début du week-end donc. En attendant, chacun continue de tirer au mieux son épingle du jeu dans les petits airs au sein d’une flotte qui s’étale sur près de 70 milles en latéral et presque 50 milles de long. 

Les dernières actualités

Messages du bord – 14 juillet 2023     

Messages du bord – 14 juillet 2023     

Olivier Gamot (Yala) : « Jérôme (Ragimbeau) ne savait pas qu'il y avait des machines à laver en pleine mer. On nous aurait menti ? Nous étudions attentivement l'évolution de notre palier de safran qui semble à peu près stable, quoi que très mou (ça...

lire plus
Messages du bord – 13 juillet

Messages du bord – 13 juillet

Charlotte Cormouls (Bleuet de France) : « Hier, nous avons profité de la dernière journée ensoleillée et calme, car nous savions qu'à partir d'aujourd'hui ce serait plus sport. Nous nous sommes lavées et avons fait le plein de sommeil, sous gennak dans...

lire plus
Epilogue cette nuit aux Sables d’Olonne !

Epilogue cette nuit aux Sables d’Olonne !

Après un long bord bâbord amure entamé quasiment dès la sortie de l’archipel des Açores, dimanche dernier, le gros du peloton de la 9e édition de la Les Sables – Horta – Les Sables a désormais opéré un grand virage à droite pour rejoindre la Vendée. Premier à empanner...

lire plus
Messages du bord – 12 juillet

Messages du bord – 12 juillet

Achille Nebout (Amarris) : « Dernier (magnifique) lever de soleil sur cette Les Sables - Horta - Les Sables, après une nuit plutôt agitée. Après le fameux empannage que l'on attendait tant, le vent rentre assez fort donc ce n'est pas simple de...

lire plus
Pas d’inquiétude pour le duo Mussolo 40

Pas d’inquiétude pour le duo Mussolo 40

Depuis ce matin, la trace sur la cartographie des Brésiliens Jose Guilherme Caldas et Gustavo Peixoto posait un peu question. Après un bref échange avec la Direction de Course, les deux hommes, qui déplorent toutefois la perte de leurs deux spis, ont indiqué que tout...

lire plus
Bientôt le virage à droite

Bientôt le virage à droite

Alors qu’il leur reste désormais moins de 500 milles à parcourir pour boucler la seconde étape, les leaders de la Les Sables – Horta – Les Sables poursuivent leur route en direction de la pointe Bretagne en rangs serrés. Reste que si les huit premiers se tiennent en...

lire plus
Messages du bord – 11 juillet

Messages du bord – 11 juillet

Erwan Le Draoulec (Everial ) : « Nous allons avoir des soucis d’énergie jusqu’au bout… Mais on va faire avec ! On profite qu’il y ait quelques rayons de soleil pour recharger un peu nos batteries.Nous avons malheureusement déchiré notre spi médium et nous avons encore...

lire plus